Endless Competition

... Six moi déjà ...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Concours

Aller en bas 
AuteurMessage
Nutella



Messages : 155
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Concours   Mer 2 Jan - 20:47

Ici seront placer les préparations et les détentes avant les concours.

04.01/08: Première preparation
O5.01/08: No stress... J'ai dit, No stress![ Pas eu le temps]


Dernière édition par le Lun 7 Jan - 19:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nutella



Messages : 155
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: 04.01.2008   Jeu 3 Jan - 21:10

    04.01/08

  • Première préparation

    -Bonjour mam’ !

    Ma voix endormie porte pourtant dans la maison. Nous somme la veille du premier meeting. Un meeting d’obstacle. Dehors, le temps n’est pas si mauvais. C’est bien. Il ne gèle pas. J’avais en occurrence décider de la laisser au repos aujourd’hui. Mais il fallait commencer à la préparer ou bien, je n’y arriverais pas demain. La voix cassante de ma mère interrompt mes pensées.


    -Tu sais quelle heure il est ?

    Pour tous dire, j’avais retiré mon réveil et je ne connaissais donc pas l’heure. Mais une odeur de nourriture fit gargouiller mon estomac. J’eu donc la magnifique idée de regarder la pendule du couloir. HooooO ! 12h15 ! J’ai autant dormi que ca ? En me rappelant d’hier, je comprends ! Avec le cross et une Tequila bien énerver… Ca s’explique. Tiens j’en ai des courbatures ! Je soupire doucement.

    -Désolée j’étais réellement fatiguée…


    -Mouai… Viens manger avant de filer voir ton cheval !

    Je souris et me précipite a table. Je mange de bon appétit mes spaghettis à la bolognaise. Bah sa se refuse pas, non ? Hum ! Je parle un peu. Juste histoire foutre mon grain de selle dans les discutions familial. Mais j’ui absente. Dans ma tête, je suis à l’écurie, ave Tequila. J’achève de manger ma clémentine. Je saute de table et débarrasse mon assiette mes couverts et on verre. Je les refile au lave vaisselle et enfile es bottes, mon manteau avant de prendre quelques friandises.

    Il est 13 heures quand j’ouvre la porte. Une brise légèrement souffle au visage. Je frissonne et sort. Je fait extrêmement attention a ne pas glisser. Je ne glisse pas dans l’allée. Mais sa va arriver je le sens. Je regarde le sol et devant moi alternativement. Sa ne vient pas ? D’un coup je glisse sur l’herbe. Quelle maladroite je fais ! Je me relève et me frotte les fesses. Je me retourne et vois ma mère devant la porte. Je lui fais sgne en souriant.

    -T’en fait pas, ça va. A plus !

    Je m’éloigne tranquillement de la maison. Je soupire de soulagement. Je suis moins maladroite que d’habitude. Je prends le chemin de l’écurie. Je pense toujours a elle. Ma chérie. Je l’aime tant… Pour tant je ne la connaît pas super bien. Ho, se n’est pas la jument parfaite. Elle a ses defaults. Mais je l’aime comme elle est. Têtue, chieuse, trop pleine d’énergie, disjoncté mais aussi tendre et affectueuse, a sa façon…

    -----------------------------------------------

    J’arrive enfin au club. Il fait toujours aussi bon. J’inspire l’air de l’écurie. Quel plaisir… J’en suis heureuse. Je secoue la tête. Je suis trop dans la lune aujourd’hui. Je marche vers l’écurie je ne suis pas tomber sur le chemin. Je suis emmitouflée dans mon manteau d’équitation, une écharpe et de gros gant. Et je marche toujours, en direction de la porte. Je suis heureuse d’être la, tout simplement. J’ouvre la porte en m’engouffre dans l’écurie. Une douce chaleur m’envahi. L’odeur s’intensifie. Je cour voir ma jument. Elle est la. Elle hennit doucement a mon approche. L’est trop choute !

    -Bonjours ma choute !

    J’ouvre la porte de son box et lui donne une carotte. Je lui fais un gros câlin. L’ai gentille ma puce… Je place mes mains sous sa couverture. Et bah, sa réchauffe. Elle pete la forme dit donc ! Elle tressaute au contact de mes mains. Je souris. Je me déplace a droite et prend le licol attacher à l’anneau. Je le lui attache et sort Tequila. Elle trottine presque ! Je l’attache. J’enlève sa couverture blanche et bleue. Je lui caresse les flancs et pose ma couverture au sol. Je file chercher une couverture d’extérieur. Je reviens donc tranquillement et la met à ma chérie. Elle me regarde faire sans rien dire. Je souris doucement et la détache. Comme a son habitude, elle cherche a me doubler. Elle est toujours comme ça en main. Je la mène au pré, m’arrêtant de temps a autre pour la corriger. Je la lâchai enfin. Elle me regarda un instant et fila au grand galop. Je repartis en fermant soigneusement la porte. Un lourd travaille m’attendais. Je devais nettoyer son box, ramener mes affaires, faire le planning de demain… Bref, un lourd bouleau. Je me mettais au travaille de suite…
    -----------------------------------------------

    Je m’étirais longuement avant de me lever. Je venais de finir mon planning. Je me levais lentement. Il ne me rester plus qu’à aller chercher Tequila et commencer a la chouchoutter. Je me dirige vers le pré longe en main. Je traîne légèrement les pieds. Je travaille depuis une heure. Mais au moins, c’est fait. Je rentre dans le pré et siffle. Comme je ne la vois pas, je l’appelle. Pas en hurlant comme une folle. Juste en criant doucement. Elle arrive. Au grand galop. Je la vois de loin. Ses sabots touche a peine le sol. Elle semble décoller. Ses crins voltigent. Je souris. Elle ralentit progressivement. Je souris et lui flatte l’encolure.

    -Alors ma choute, bien galoper

    Elle s’ébroue doucement tandis que je ris aux éclats. J’attache la longe au licol et la rentre à l’écurie. Je l’attachais à l’anneau devant son box. Je retirai la couverture d’extérieur dévoilant le corps fin et musclé de la jument. Je prit tous d’abord l’étrille, commencent le pansage de ma jument. Comme toujours elle était attentive, attendant patiemment. Je pris bien mon temps. Ce n’était pas dans mes habitudes de bâclée le travaille. Je finissais bien mes ronds, passant sur tout son corps. Je pris ensuite le bouchon. Je frottai vigoureusement la robe de ma jument. La poussière accumuler voletait. Je brossais ses membres, enlevant le peu de boue qui s’était accroché lors de sa sortie au pré. Je me redressais pour brosser ses crins. J’enlever les morceaux de paille dans sa queue, lissait sa crinière indisciplinée. Finalement, je pris enfin la brosse douce. Je passais distraitement la brosse sur son corps grisâtre.

    Je passais au moment le plus attendu du pansage. Je me dirigeai vers sa tête. Je lui passait la brosse sur son chanfrein, mes yeux plonger dans ceux de Tequila, qui les avaient enfin ouvert au complet. Tequila semblait contente de son pansage. Elle s’ébroua doucement. Je lui caressais l’encolure. Ses yeux chocolat noir… Tellement beau… Son regard pétillant de malice… C’était bien ma Téquila chérie… Que je l’aimais….

    -Ma chérie…

    Je détachais enfin mes yeux des siens et prenais le cure pieds. Après mon passage, je brossais soigneusement ses pieds, éjectant toutes saleté. J’achevais mon travaille en graissant ses sabots. Finalement, je me redressais et prenais un peigne. Je démêle avec plus d’attention sa crinière et sa queue. Il fallait qu’elle soit bien propre se soir pour que le travaille soit mon dure demain. Une fois terminez, je pris une épuisette et lui lustra sa robe. Je me passai le poignet sur le front. Je rangeai mon matériel. J’étais crevé. Je lui flatta l’encolure et lui remit sa couverture. Je lui donnât un bonbon a la pomme et la rentrer dans son box. Il était déjà 16 heures. Je déposer un bisou sur les naseaux de ma jument. Je sortit de son box et ferma la porte. Je partis de l’écurie après un doux :

    -Au revoir ma choute !

    -----------------------------------------------

    Je me retournais dans mon lit. Une seule pensée. Téquila. Allait-elle bien Je stresser pour rien. Téquila allait très bien. Je me faisais du soucis pour rien. Soudain, je me penchait sous mon lit et en ressortait mon réveil. Je souris et le réglât pour 8 heures. Je le posai sur ma table, en baissant le son. Je me reposai sur mon oreiller. Aller. Stop stress. Une pensée pour Téquila et je m’endormie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Concours
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Endless Competition :: Endless Competition :: - L'allée propriétaire - :: Ecurie de Nutella-
Sauter vers: